Warning: include_once(/homepages/10/d325205465/htdocs/wp-content/plugins/Akismet3/Akismet3.php) [function.include-once]: failed to open stream: Permission denied in /homepages/10/d325205465/htdocs/wp-settings.php on line 215

Warning: include_once() [function.include]: Failed opening '/homepages/10/d325205465/htdocs/wp-content/plugins/Akismet3/Akismet3.php' for inclusion (include_path='.:/usr/lib/php5.2') in /homepages/10/d325205465/htdocs/wp-settings.php on line 215
La puissance du second écran : un enjeu stratégique pour l’avenir des annonceurs

La puissance du second écran : un enjeu stratégique pour l’avenir des annonceurs

Avec l’apparition des écrans « compagnons » tels que tablettes, smartphones, pc portables, les grandes chaînes de télévisions s’affrontent dans le but d’obtenir toute l’attention du spectateur hors écran traditionnel, c’est-à-dire la télévision. Posé sur les genoux, le spectateur-internaute consulte des programmes additionnels en même temps qu’il regarde l’émission diffusée sur la chaîne. D’après l’étude « Screen 360 » de Médiamétrie, près de deux personnes sur trois utilisent au moins une fois par semaine un autre écran devant leur télévision dans l’Hexagone.  La tendance se confirme aussi chez nos voisins américains où ils sont 40% à consulter chaque jour un autre écran quand ils regardent la télévision.

Néanmoins, les zones de partage entre ces « seconds écrans » sont encore difficiles à définir de par son manque de législation publicitaire. Tout le problème est de savoir où commencent (et s’arrêtent) les droits dérivés qui impliquent le partage des revenus et en calculer la rémunération spécifique.

Seule la télévision dit de « rattrapage », qui permet de revoir sur Internet des programmes passés, fait l’objet d’un accord : les droits de rediffusion numérique sont cédés en « package » lors la vente du programme, mais sont valables pour sept jours seulement. Si les chaînes veulent proposer des séquences spécifiques (les meilleurs moments par exemple), les producteurs demandent alors à partager les revenus publicitaires générés autour des vidéos.

C’est sur ce point qu’une bataille est engagée entre les producteurs et les diffuseurs des chaînes. Certains trouvent que les tensions se sont accrues dans le secteur du fait des recettes publicitaires des chaînes en bernes, et celles-ci sont prêtes à tout pour sauver leurs chiffres d’affaires.

Néanmoins, l’enjeu est encore limité car les revenus essentiellement publicitaires (les applications étant encore gratuites) sont nettement inférieurs au premier écran.

Cependant, les chiffres nous prouvent que c’est en phase de s’inverser ! Le marché du second écran y est évalué à 400 millions de dollars et pourrait atteindre 6 milliards en 2017, selon la 2nd Screen Society.

La télévision deviendra-t-elle un second écran à son tour ?

(Source Médiamétrie)